Par le passé, le mythe lié à la baguette ou à l’instrument du sourcier était omniprésent. Cette croyance était véhiculée inconsciemment ou non par les sourciers eux-mêmes. On cueillait en général une branche de coudrier (noisetier) en Y, en Provence on préférait l’olivier pour ses vertus symboliques d’arbre nourricier, ailleurs du lilas, du hêtre, que sais-je encore...

 

  • La baguette en “Y”.
  • Peu importe l’origine ou la nature du bois utilisé, l’important concerne exclusivement les propriétés mécaniques de l’instrument. La baguette idéale doit être ni trop souple, ni trop rigide. Sa tenue est un mélange de douceur et de fermeté afin de la maintenir dans un équilibre instable et élastique. Elle peut être bien entendu en bois, mais également en métal, en résine, en fibres, ou bien en plastique pourvu que ses propriétés mécaniques soient préservées

     

  • Les baguettes parallèles.
  • Egalement appelées baguettes en “L”, elles sont constituées de deux tiges, généralement en cuivre, laiton ou métal chromé, télescopiques ou non, montées en général sur poignées leurs permettant une rotation rapide lors du franchissement des rives d’une veine d’eau souterraine.

J’ai testé pour ma part de nombreux modèles, de la baguette de noisetier fraîchement cueillie en sous bois à la baguette métallique vendue dans le commerce. Celle que j’utilise habituellement est une baguette de fabrication personnelle en fibres de verre avec poignées montées sur micro-roulements à billes, ultra légère, souple, nerveuse et réactive à souhait (parfois trop).

 

Mais également...

 

  • Le lobe Hartmann
  • Sa forme rappelle un peu celle du poisson. Il est constitué d’un fil de cuivre épais et élastique et s’utilise verticalement tenu entre les index. il tourne soit vers la droite ou la gauche en précisant entre autre le sens d’écoulement de la veine d’eau. Pour ma part, je trouve son utilisation un peu fatigante de par la pression à exercer continuellement pour obtenir une bonne sensibilité

     

 

L’antenne de Lecher.L’outil est composé d’une règle de 18 centimètres graduée  permettant de travailler de façon sélective en fonction du réglage adapté par le curseur coulissant sur deux fils en boucle. Son utilisation est très proche de la baguette en “Y”, il doit être maintenu dans un équilibre instable entre les mains, paumes vers le ciel, afin qu’il soit rompu par les faible perturbations  de champs électromagnétique supposées généré par une faille ou passe une veine dans laquelle circule un courant d’eau.

 

 

Tous ces outils donnent des résultats très proches et le choix s’orientera finalement vers le matériel le plus adapté en fonction de sa sensibilité personnelle, sans négliger toutefois le confort d’utilisation, car une bonne prospection sourcière dure un certain temps, en moyenne de 30mn à deux heures pour une parcelle de 2000m² à 5000m² environ.

Pour ma part, je préfère changer fréquemment de matériel en cours de recherche afin de conserver une meilleur sensibilité et éviter l’accoutumance qui provoque progressivement , mêlé à la fatigue, des sauts de baguette parasites.

En général, en recherche d’eau, il est préférable de ne pas prolonger la séance au-delà de trois heures consécutives. Pour ceux qui s'aventureraient inconsciemment dans une frénésie de recherche, gare aux déconvenues.

Top

Devenir Sourcier aux Editions Trajectoires 12€